Stephen King : Joyland

Stephen King – Joyland

Les clowns vous ont toujours fait un peu peur ?

L’atmosphère des fêtes foraines vous angoisse ?

Alors, un petit conseil : ne vous aventurez pas sur une grande roue un soir d’orage…

400 pages

 

____________________________________________________________________________

Mon premier King, sûrement pas le dernier

     En ce doux mois de juillet, j’ai décidé de me lancer dans l’aventure Stephen King. J’ai déniché ce bouquin en poche avec la ferme intention de découvrir le monde apparement captivant et effrayant de ce gentil monsieur. J’avais lu quelques avis disant qu’il ne faisait pas peur, mais ma nature sensible me soufflait que j’allais finir tapie sous mes couvertures en position foetale. Résultat ? Absolument pas.

        Le roman s’ouvre dans les années soixante-dix, où Devin Jones, jeune homme en plein chagrin d’amour, travaille dans un parc d’attraction. Il découvre rapidement que le train fantôme des lieux serait hanté… mais il mènera l’enquête qu’en second plan, le premier étant pris par le petit garçon atteint de myopathie qui le guidera jusqu’au dénouement. Dénouement qui, d’ailleurs, m’a fait bien tomber de haut. L’histoire est longue sans être lente ; elle est simplement très détaillée, nous rentrons totalement dans la vie de Jonesy, au milieu de ses doutes, ses peurs, et surtout de ses histoires d’amour. On devine un scénario un peu bâclé à mon goût mais une broderie très travaillée.

     Le point fort du bouquin est clairement les personnages qui sont très attachants puisqu’ayant une personnalité propre et complexe. Ils sont très loin d’être simples et lisses, en particulier le personnage principal. C’est précisément ce qui fait qu’on n’arrive pas à s’en détacher : on lit ce livre aussi facilement qu’on regarderait un film. Chaque mouvement, chaque aspect des personnages et de l’univers est montré, exactement comme si la scène se déroulait sous nos yeux ébahis. Et on ne peut s’empêcher d’aimer Devin Jones et son coeur meurtri, d’aimer Erin Cook et sa force tranquille, Tom Kennedy et son tempérament de joyeux luron, Lane Hardy, Fred Dean et Pop Allen et leur langage forain. Annie m’a extrêmement touchée avec ses manies de maman poule. Mon personnage favori était Devin, mais cela ne m’a pas empêché d’adorer Mike, que j’ai trouvé tout simplement solaire.

     Le seul problème que j’ai eu, même si cela ne m’a pas gênée le moins du monde, c’est la discrétion de l’intrigue que je pensais être principale, c’est-à dire le fantôme dans la Maison de l’Horreur. On en apprends sur lui par bribes, un peu au début, un peu au milieu, et sachant que la fin ne traite que de cela, c’est presque trop peu pour moi. C’est dommage. Devin est accaparé par ses sauvetages à répétition et en néglige l’aspect le plus étrange.

      J’adore la façon d’écrire de Stephen King. C’est absolument effarant la façon dont il a joué avec mes nerfs et fait durer le suspense pour finir par renverser toutes mes certitudes dans la dernière partie du livre. Cela fait un bout de temps que je n’avais pas retenu mon souffle ainsi en lisant un livre ! Ce n’est visiblement pas le meilleur qu’il ait écrit, alors je ne m’empêcherai pas d’en lire un autre, et pourquoi pas en haussant le niveau côté horreur… A mes risques et périls !

Note finale : 17/20

Personnages, style, intrigue

___________________________________

L’auteur

Stephen King est né le 21 septembre 1947 dans le Maine. Il a écrit une cinquantaine de romans depuis son premier, Carrie, paru en 1974, et quatre fois plus de nouvelles. Il est connu pour être un maître du suspense et de l’horreur.

source : wikipédia

1 commentaire

  1. Une très belle chronique ! J’ai commencé par lire La Ligne Verte de Stephen King, qui n’est pas du tout dans son registre de l’horreur. Ce fut une superbe lecture, émouvante et enrichissante ! J’ai voulu retenter l’expérience avec Carrie, mais j’ai été un peu déçu. Il faudrait que j’essaie Joyland, en tout cas tu m’as donné envie de le lire 🙂

    J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s