Azulejos

 

Mais pourquoi est-ce qu’il faudrait encore que je saigne ?
J’me sens déjà suffisamment vidé
Il a fallu qu’elle se souvienne qu’elle ne m’aime plus
Le seul désir qu’elle m’a laissé
C’est de dormir avec mon frère
Tout ira bien, la douleur vient, la douleur passe
On y arrive, même les déchets remontent à la surface
On se lève un matin sans cette odeur rance, sans cette odeur d’encore
On se rend compte que la souffrance vaut toujours mieux que la mort
C’est moins définitif, vois-tu
J’ai pas envie j’ai pas envie j’ai pas envie j’ai pas envie
Qu’on trace encore le périmètre de ma vie
Il m’reste encore quelques kilomètres et quelques envies
J’peux encore m’en aller rouler loin dans les fumées
Jusqu’à ce que la voûte devienne bleue
Et j’peux encore choper des croûtes, me brûler les yeux
A mater le soleil décliner
Fauve | Azulejos

1 commentaire

Répondre à Wolkaiw Annuler la réponse.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s