Rainbow Rowell : Carry on

 

 

Rainbow Rowell : CARRY ON
Grandeur et décadence de Simon Snow

Carry On : The rise and fall of Simon Snow

 

 

Simon Snow déteste cette rentrée. Sa petite amie rompt avec lui ; son professeur préféré l’évite ; et Baz, son insupportable colocataire et ennemi juré, a disparu. Qu’il se trouve à l’académie de magie de Watford ne change pas grand-chose. Simon n’a rien, mais vraiment rien de l’Elu. Et pourtant, il faut avancer, car la vie continue…

576 pages

 

 

 

_______________________________________________________

 

 

Un livre extrêmement agréable à lire 

 

     Ayant beaucoup aimé Eleanor & Park et, plus récemment, Fangirl de Rainbow Rowell, Carry On ne pouvait que m’attirer. Je l’ai acheté pour l’anniversaire d’une amie, à qui le bouquin faisait de l’oeil, mais je n’ai pas pu m’empêcher de le lire avant de lui offrir. Les grands lecteurs connaissent cet empressement à terminer un livre avant de l’emballer pour pouvoir le recommander… Carry On a été bien loin de me décevoir. Il y eut quelques longueurs, certes, mais rien pour gâcher mon plaisir.

     Il s’agit, d’une certaine manière, d’un spin-off de Fangirl. En effet, dans ce roman, Rainbow Rowell évoque une jeune fille, Cath, fan de la saga Simon Snow (qui est d’ailleurs bourrée de références à Harry Potter), et qui écrit une fanfiction intitulée comme vous l’aurez sans doute deviné… Carry On. Cependant, dans une note à la fin du roman, l’auteure explique qu’elle a écrit son livre car elle n’arrivait pas à laisser partir Simon et qu’elle avait besoin de rédiger, à sa manière, le dernier tome de la saga. Ce n’est donc pas la version de Cath que nous lisons, ni bien évidemment celle de l’auteure fictive de la saga Simon Snow, mais bel et bien l’interprétation de Rainbow Rowell herself.

Et quelle interprétation ! Carry On relate une histoire à la Harry Potter. Simon Snow est un jeune sorcier, élève à l’école de sorcellerie de Watford, que tous qualifient d’Elu. Il est apparemment le seul à pouvoir sauver le monde des mages du perfide Humdrum, créature dévorant la magie. Il ne s’agit que du fil rouge de l’histoire, car de nombreux événements prennent place autour, notamment à propos du Mage, le directeur de l’école, ou encore de Baz, le vampire avec qui Simon cohabite.

     Le livre fait pratiquement six cent pages, ce qui est largement assez pour une histoire de cette envergure… En effet, j’ai trouvé le livre beaucoup trop long. Il ne démarre pour moi qu’aux environs de la page 200, parce qu’avant, ce n’est qu’une exposition extrêmement longue qui est déroulée sous nos yeux… Et qui m’a parue extrêmement pesante. Grâce à ma lecture de Fangirl, je me doutais de nombreux événements qui allaient se produire et les attendais avec impatience, mais il me semblait ne jamais les voir arriver, vraiment. Une fois les choses que les choses ont démarré, heureusement, ça allait beaucoup mieux ! J’ai réussi à me fondre totalement dans la lecture et j’ai finalement énormément aimé le livre. Il est de ceux qui se lisent tout seuls et, après les 200 premières pages très laborieuses, je n’ai pas vu ma lecture passer !

Carry on est extrêmement bien écrit (et traduit, par la même occasion) et, même si l’histoire traïne un peu, on ne s’ennuie pas une fois l’histoire mise en branle. Les personnages, en particulier Baz, sont vraiment attachants. J’ai juste un peu eu du mal avec Agatha, que je trouvais trop superficielle. Je tiens juste à faire la reproche que je fais à tous les livres de Rainbow Rowell : j’ai trouvé ces mêmes personnages très attachants beaucoup trop lisses, pas assez travaillés. Les ados torturés étaient les ados torturés de base mâchés et remâchés que l’on trouve partout dans les livres, les jeunes filles superficielles étaient aussi pestes que dans ce que l’on voit partout… Tous étaient plus ou moins clichés. Et puis, sans se mentir, les références à Harry Potter je trouvais ça sympa à petite dose… Pénélope était une pâle copie d’Hermione Granger, Baz de Drago Malefoy dans ses pires moments, le Mage de Dumbledore, et puis, dans certains traits de caractère, Simon de Harry Potter… Au départ j’avais un peu peur que Carry on soit une redite des aventures du célèbre sorcier mais la ressemblance s’arrête au niveau des personnages : même si quelques références à Poudlard sont faites, Watford reste une école imaginée de toutes pièces par Rainbow Rowell.

     Je conseille ce livre à tous ceux aimant les histoires jeunesse de rivalité amoureuse, d’amitié et de magie et qui n’ont pas peur des pavés. Carry on est une belle pièce, quoiqu’un peu longue, ce qui est dommage car la qualité est là. Ce ne sera assurément pas le dernier livre de l’auteure que le lirai !

Note finale : 16/20

Les personnages, le style, l’histoire, la longueur 

__________________________

Rainbow Rowell est une auteure américaine de livres pour adultes et young adult née en 1973. Son premier roman, Attachments, publié en 2011, conquit déjà le coeur des lecteurs. Mais c’est dans le young adult qu’elle s’illustre le plus avec le célébrissime roman Eleanor et Park, publié en 2013.

3 commentaires

  1. Fangirl est sur ma table de chevet depuis des mois, et ton article ne fais que m’encourager à le lire. Peut-être aurais-je la possibilité de l’ouvrir cet été? J’ai hâte de m’y mettre afin de mieux apprécier ta critique et de pouvoir ensuite lire Carry On! Il faut que je lise Eleanor et Park ah la la, tant de livres, pas assez de temps…

    J'aime

  2. Fangirl est l’un de mes romans préférés, et pourtant, j’avoue que Carry On ne me tente pas vraiment. Déjà dans le roman de base, je n’aimais pas trop les passages dédiés à Simon Snow et à la fan-fiction de Cath, qui cassaient le rythme du roman plus qu’ils ne le servaient réellement. Je ne pense donc pas le lire, malgré l’enthousiasme de ta chronique, que je trouve par ailleurs très bien écrite et qui approfondit parfaitement les différents aspects du roman 😉

    J'aime

    1. C’est vrai que Carry On n’a presque rien a voir avec les autres bouquins de Rainbow Rowell… Mais juste pour l’histoire d’amour qui est menée d’une main de maître, je te pousserais à le lire (;

      J'aime

Répondre à La balade des mots Annuler la réponse.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s