Emile Zola : Les Rougon-Macquart

 

EMILE ZOLA
LES ROUGON-MACQUART
Histoire Naturelle et sociale d’une famille sous le second empire

Emile Zola est l’un des auteurs français du XIXe siècle les plus connus. On le place aux côtés de Maupassant, Balzac ou encore Flaubert parmi les écrivains réaliste et naturaliste de cette époque. On le connaît notamment grâce à son immense fresque romanesque intitulée Les Rougon-Macquart et qui se place dans la lignée de La Comédie humaine balzacienne. Il fut également un grand journaliste engagé, impliqué surtout dans l’affaire Dreyfus ; il rédigea le célèbre « J’accuse… ! » pour le journal L’Aurore, une lettre ouverte au président de la République Félix Faure dans laquelle il relate son opinion sur cette affaire ayant divisé les français. Emile Zola décéda en 1902 dans sa maison de campagne, à Médan, d’une intoxication, laissant derrière lui une oeuvre immense à même de traverser les siècles.

Les Rougon-Macquart est la peinture d‘une famille au début du XIXe siècle. En vingt romans, Emile Zola traite de nombreux sujets de société, comme la prostitution dans Nana ou les grèves de mineurs dans Germinal. Il s’est inspiré des travaux de Claude Bernard pour étudier à travers ses lignes deux faits : le déterminisme social et l’hérédité. Le déterminisme social est l’influence qu’a le niveau social sur les Hommes. L’hérédité est, comme vous le savez sûrement, le fait que les enfants récupèrent les défauts de leurs parents. On voit cela notamment à travers l’avidité des Rougon et l’alcoolisme des Macquart. L’oeuvre de Zola est véritablement la science appliquée à la littérature.

Je trouve tout cela incroyable. Je me suis lancée le défi de lire tous les livres des Rougon-Macquart, et je me rends vraiment compte du talent qu’avait l’auteur pour dérouler tous les romans aussi bien.On ressent intensément sa patience et le travail minutieux cachés derrière chaque ligne ; le travail de recherche très fouillé afin de décrire une société la plus réaliste possible. J’ai lu actuellement quatre livres sur les vingt de la série.

 

La Fortune des Rougons
La Curée

Le Ventre de Paris (1873)

L’histoire de Florent, beau-frère de Lisa Macquart, est sans doute la plus savoureuse. Les Halles de Paris, tour à tour puantes, fleuries, repoussantes, havre de paix ou repaire révolutionnaire sont le véritable personnage du livre. Le chevauchement de diverses intrigues, les disputes entre commerçantes et les longues descriptions donnent à ce livre un  aspect unique. La paresse, la graisse et le laisser-aller en est l’élément moteur.

La conquête de Plassans
La Faute de l’abbé Mouret
Son excellence Eugène Rougon

L’Assommoir (1877)

Il s’agit ici de l’histoire de Gervaise Macquart, une jeune femme parisienne, et de sa déchéance, physique et morale, dans le temps. Si le roman s’ouvre avec une jeune fille fraîche et plutôt heureuse, il se referme dans une ambiance sale et crasseuse. Il est certes très long mais cela permet d’appréhender tous les aspects de la vie de Gervaise. J’ai beaucoup apprécié la lecture de ce livre.

Une page d’amour

Nana (1880)

Nana relate l’histoire d’Anna Coupeau, prostituée, fille de Gervaise, l’héroïne de L’Assommoir. Si sa mère n’est aucunement citée dans le texte, on reconnaît parfois ses vices en Nana, tels que la gourmandise ou la paresse. Nana est une femme ambivalente que le lecteur a parfois du mal à comprendre : tantôt douce et amicale, tantôt furieuse et désagréable envers ses nombreux amants. Mais on s’attache à elle et lire son histoire est très plaisant et rafraîchissant. On est loin de la noirceur de certains Rougon-Macquart, bien que Zola ici ne conte pas que monts et merveilles.

Pot-bouille
Au Bonheur des Dames
La Joie de Vivre

Germinal (1885)

Je pense que Germinal est le roman le plus connu de la série. Il traite des grèves des mineurs dans les mines du Nord de la France au XIXe siècle. Il nous est relaté l’histoire d’Etienne Lantier, fils de Gervaise, qui a mis en route une véritable révolution au sein du coron du Voreux. C’est une magnifique histoire de révolte, qui m’a énormément touchée. Les personnages semblent vivants. Je recommande ce roman, qui est à mon sens un des plus grands classiques.

L’Oeuvre
La Terre
Le rêve
La Bête humaine
L’Argent
La Débâcle
Le Docteur Pascal

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s