Dan Brown : Anges et démons

http3a2f2fstatic1-purepeople-com2farticles2f02f752f502f402f27613-couverture-anges-et-demons-637x0-1

 

Dan Brown
ANGES ET DEMONS

Angels and demons

Alors que le pape est mort et que les cardinaux vont entrer en conclave, les Illuminati, une ancienne et puissante société secrète traquée par l’Église catholique, dérobent de l’antimatière au CERN, à Genève, et placent cette bombe à retardement au Vatican. Robert Langdon, épaulé par une physicienne du nom de Vittoria Vetra, mène l’enquête.


Un long livre magique et envoûtant.

     Dan Brown, je l’ai découvert il y a un an, avec le fameux Da Vinci Code. Le (très long) livre m’avait totalement charmée, de par ses personnages attachants et ses références artistiques très pointues. J’ai rapidement enchaîné avec Inferno puis Anges et démons. Je n’ai jamais été déçue ! Ils sont tous aussi bien les uns que les autres.

     Anges et démons, c’est l’histoire d’un conclave hors du commun. Une réunion de presque tous les cardinaux dans la chapelle Sixtine, mais qui ne se doutent pas d’un danger imminent : à minuit, une bombe d’antimatière cachée dans le Vatican explosera, détruisant tout. Robert Langdon, professeur en symbologie, et Vittoria Vetra, physicienne, mènent l’enquête. Contrairement aux autres opus de la pentalogie Robert Langdon, celui-ci respire l’urgence : à minuit, il en sera fini des chefs-d’oeuvre vaticanesques ! On assiste à une véritable course contre la montre dont on peine à imaginer l’issue (si Langdon sauve le Vatican, le livre perd son intérêt, mais si  il échoue, il perd son réalisme…).

     Ce qui fait la richesse du roman, c’est principalement les nombreuses références, qu’elles soient scientifiques, religieuses ou artistiques, ne manquent pas de faire jouer notre imagination ! Tout d’abord, nous pouvons parler de la découverte de Léonard Vetra : j’ai nommé l’antimatière. Pour lui, une véritable démonstration de l’existence de Dieu, en réalité une goutte de substance capable de tout absorber autour d’elle. Le processus de fabrication et de récupération de l’antimatière est expliqué et détaillé, ce qui est très enrichissant. (Notons que le CERN est une organisation genevoise existante qui travaille vraiment sur l’antimatière ! voir ici.)
De plus, les références sur les oeuvres du Bernin notamment, donnent une dimension tellement réaliste au livre qu’on se surprend tous à chercher si l’aventure langdonienne est avérée… Cependant, je regrette qu’Anges et Démons ne contienne pas autant d’oeuvres que Inferno ou Da Vinci Code. Les pauvres quelques oeuvres du Bernin n’ont pas étanché ma soif, malheureusement… Mais cette lacune est surpassée par la présence du côté religieux du livre… Je sais maintenant comment se déroule un conclave, et c’est super intéressant dans le sens où les détails sont souvent ignorés de tous. Et les Illuminati ! Même si ce nom n’est inconnu à personne, qui connaît leurs origines ? Qui sait comment parvenir à intégrer la célèbre guilde ?

     Ce livre ne serait pas ce livre sans le grand personnage de Robert Langdon. Franchement, je l’adore. Il est le cerveau de l’équipe, et semble saisir la façon de réfléchir des assassins afin de les poursuivre. Et sa culture est impressionnante – ce qui fait qu’il est toujours l’homme de la situation dans ses enquêtes rocambolesques. Il faut avouer que Vittoria Vetra est également un personnage haut en couleur et aussi intelligent que son associé ! Ils formaient vraiment la paire de choc ! [SPOILER] J’ai un peu moins apprécié la romance de la fin, j’ai vraiment trouvé ça de trop ! Heureusement qu’au long du livre elle ne prenait pas le pas sur les événements ! [FIN DU SPOILER]

 Un des incontestables points forts de Anges et Démons, c’est la fin. Une fin qu’on essaye de deviner dès les premières pages et qui pourtant nous laisse cois. On en devine les traits au fur et à mesure de la lecture mais on ne peut pas envisager l’apothéose finale. Qui est, soit dit en passant, assez tirée par les cheveux. Mais sur les cent cinquante dernières pages du livre, les retournements de situations sont innombrables et font et défont nos certitudes.

     Ce premier opus de la pentalogie de Dan Brown est vraiment bien, même si ce n’est pas mon préféré. La longueur, qui peut être décourageante au premier abord, est en vérité un atout ; tout est détaillé et plaisant à lire. Dan Brown, un grand auteur.

Note Finale : 19/20
Les personnages, les références, les rebondissements


http3a2f2fiv1-lisimg-com2fimage2f91368342f600full-dan-brown

 

 

Dan Brown est un auteur américain de notoriété internationale, auteur des best-sellers Da Vinci Code et Inferno.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s