Boris Vian : L’herbe rouge

Boris Vian
L’HERBE ROUGE

Dans son style étonnant qui mêle la fantaisie et l’absurde avec l’émotion la plus poignante, Boris Vian nous raconte les aventures d’un savant qui a inventé une machine pouvant lui faire revivre son passé et ses angoisses.

Sous le travestissement de l’humour noir, ce sont ses propres inquiétudes que met en scène Boris Vian, avec la frénésie d’invention burlesque qui l’a rendu célèbre.

Le livre de poche _ 168 pages


Encore un beau roman de la part de Monsieur Vian

     Dans la famille « livres pourrissant dans ma PAL depuis un siècle », je demande la pile de romans de Boris Vian… Que j’ai achetés un jour sur un coup de tête parce que j’ai adoré L’Ecume des Jours, Et on tuera tous les affreux et J’irai cracher sur vos tombes du même auteur et que je n’ai pourtant jamais eu le courage, le temps, l’envie de lire. L’Herbe Rouge, suivie du court recueil de nouvelles Les Lurettes fourrées, est encore un livre fantasque et terriblement attachant.

     C’est l’histoire de Wolf, Saphir Lazuli et leurs amours, Lil et Folavril. Les deux premiers sont savants et ont inventé une machine étrange dans laquelle une foule de personnages s’apparentent à des psychologues et font revivre à Wolf son passé le plus intime. Les quatre personnages principaux sont toujours aussi atypiques et envoûtants : des deux femmes émanent une sensualité assez étrange tandis que le lecteur ressent nettement la fraternité unissant les deux scientifiques. L’écriture brute et le monde décalé créé par Boris Vian nous plonge dans son univers particulier ; il faut s’y immerger, à défaut de quoi on n’accroche par au bouquin, voire même on le déteste. Par exemple, le chien répondant au doux nom de Sénateur Dupont qui devient sénile après avoir adopté un « ouapiti » peut surprendre au prime abord, mais peut aussi nous faire hausser les épaules et murmurer « c’est Vian, c’est normal ». C’est cela qui fait la magie de L’Herbe Rouge.

     Le livre tourne autour de la machine créée par Wolf et Lazuli. A l’intérieur, on y rencontre d’étranges personnages tels qu’un vieillard insupportablement calme, un directeur d’école qui n’est pas sans rappeler nos années d’écoliers, ou deux jeune femmes frivoles et curieuses. Chacun a pour vocation d’interroger Wolf sur son passé. Même si c’est souvent un peu long, les interviews successives mènent à une introspection du lecteur qui se reconnaît parfois dans Wolf. Il n’a pas eu une vie passionnante et une grande partie de ses traits de caractères collent aux personnes que nous sommes.

     Par contre, une fois de plus, Vian n’a pas fait dans la dentelle du point de vue du trash. Deux scènes en particulier, sans m’avoir choquée, m’ont chamboulée, surtout car elles détonnent de l’ambiance lascive et nostalgique du livre. Je crois que c’était fait exprès. x) Mais l’auteur est indéniablement génial pour manipuler les émotions de son lecteur.

     Pour terminer cet article, je souhaite dire un petit mot sur le recueil de nouvelles Les Lurettes Fourrées. Derrière cet étrange titre se cachent trois nouvelles vianesques qui méritent d’être lues, très courtes et dans lesquelles on reconnaît l’univers si particulier. Un additif agréable.

     Je conseille L’Herbe Rouge à tous ceux et celles qui n’ont pas froid aux yeux et qui sont amateur de littérature non conventionnelle. Les livres de Vian son tous des grands classiques, bien que ne convenant pas à tout le monde.

Note finale : 16/20 
L’écriture les personnages la longueur


Boris Vian est né en 1920 et est décédé en 1959 à l’âge de trente-neuf ans. Il a écrit une dizaine de romans dont la moitié sous le nom de Vernon Sullivan. Ses écrits parfois choquants lui valent d’être jugés à de nombreuses reprises.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s