Fureur volcanique

Texte écrit en cours d’anglais le 9 mars 2020.

Mais le soleil s’est couché et tu n’es jamais rentré
Tu t’étais enfui, libre comme le vent
Et moi je n’en savais rien de rien
Alors j’ai attendu, un volcan dans le ventre
Que tu me reviennes

L’éruption fut grandiose
Se diffusant dans mes veines jusqu’alors paisibles
Mais j’ai eu beau crier, me débattre
Tu n’es jamais rentré
Et le silence des oiseaux a pesé sur mes épaules
Dans mon lit vide et trop grand de ton absence

Quand la lune a fait disparaître ses derniers rayons
Et que le froid m’avait enveloppé
J’ai entrepris de te suivre
Libre comme le vent
Furieuse comme la tempête
Comme l’orage vibrant en moi

Alice Delkinger

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s