Mathias Malzieu : Journal d’un vampire en pyjama

« Ce livre est le vaisseau spécial que j’ai dû me confectionner pour survivre à ma propre guerre des étoiles. Panne sèche de moelle osseuse. Bug biologique, risque de crash imminent. Quand la réalité dépasse la (science-)fiction, cela donne des rencontres fantastiques, des déceptions intersidérales et des révélations éblouissantes. Une histoire d’amour aussi. Ce journal est un duel de western avec moi-même où je n’ai rien eu à inventer. Si ce n’est le moyen de plonger en apnée dans les profondeurs de mon coeur. »

le livre de poche || contemporaine & autobiographie – 322 pages.


De la sincérité et de la légèreté malgré un sujet difficile.

Vous connaissez sûrement Mathias Malzieu pour ses écrits : La mécanique du coeur, Maintenant qu’il fait tout le temps nuit sur toi, ou encore Le plus petit baiser jamais recensé ; vous le connaissez sûrement pour sa musique et son groupe Dionysos. Vous avez dû être déjà charmés par son univers si particulier et onirique. Mais connaissiez-vous son courage, sa résilience ? Connaissiez-vous les épreuves qu’il a traversées ? Moi, je n’en savais rien. C’est avec délice que je me suis plongée dans ses mots, dans ce récit très touchant de sa maladie.

Je suis le plus con des dragons. Celui qui crache des étincelles et se crame les ailes avec.

Alors qu’il tourne un clip, le narrateur se rend compte que ses poumons sont « comme des noisettes ». Ni une, ni deux, le diagnostic tombe : il est atteint d’une aplasie médullaire. Sa moelle osseuse ne fabrique plus de globules blancs ni de plaquettes. Il devient alors un véritable vampire, obligé de se voir transfuser du sang pour survivre ; l’hôpital devient sa deuxième maison. Bref, Journal d’un vampire en pyjama n’est autre que la peinture des émotions qui traversent Mathias Malzieu pendant cette période, entre pics d’espoirs et longs séjours en chambre stérile.

Je ne sais pas par où commencer. Ce livre, ou plutôt ce journal intime, est extrêmement joli. Tout comme dans Maintenant qu’il fait tout le temps nuit sur toi qui traite du décès de sa mère, l’auteur manie les mots avec beaucoup de magie pour parler des sujets difficiles. C’était plein à ras bord de douceur, et on se glisse dans ce livre comme dans un plaid chaud un soir d’hiver (ou de juin cette année…). Ce ton tranche avec le thème. D’autres pourraient écrire de long paragraphes déchirants, se perdre dans un pathos sans fond. Mais Mathias Malzieu joue la carte de l’espoir. Malgré quelques moments difficiles, son mental de combattant et sa foi sans failles en la médecine resplendissent particulièrement dans ces si jolies phrases.

J’ai l’impression d’être les sept nains à la fois et de voir Blanche-Neige transformer la poussière en étincelles. Nuit et jour elle combat à mes côtés. Ecoute. Donne de l’élan. Encourage. Ne baisse jamais la garde. Protège le royaume de mes songes, protège la flamme qui m’anime.

Plus que tout, ce roman est un roman d’amour. Tout au long de sa maladie, le narrateur a pu compter sur le soutien sans faille de son amoureuse Rosy. Et ce n’est pas que je suis fleur bleue (bon, allez, un peu quand même), mais la manière dont il écrit leur relation est juste absolument merveilleuse. Ca me faisait fondre. Tout en poésie, tout en douceur -une fois de plus-. Je pense que ça a énormément joué dans mon appréciation du récit car ça en ajoutait beaucoup au côté « doudou » du bouquin. De plus, l’imaginaire du récit était très enveloppant, notamment avec Dame Oclès et sa fameuse épée, personnification de la mort et de la maladie.

Petit détail qui a également son importance, surtout dans le contexte actuel : Mathias Malzieu a écrit ici un véritable éloge au personnel soignant : les nymphirmières ou infirmières-cigognes, hématologues à voix douce, docteurs bienveillants rythment le récit et l’emplissent encore plus de beauté. On comprend que Mathias Malzieu a voulu leur rendre hommage et leur dire merci. A mon sens, c’est réussi.

Je n’ai plus plus d’autre choix désormais que de devenir un véritable Jedi.

Dans mon édition, à la suite du témoignage de l’auteur sur sa maladie, il y a Carnet de Board : le voyage initiatique qu’il s’était promis en Islande à bord de son skateboard à moteur. C’était super de découvrir ce pays à travers ses lignes. C’était moins touchant que le reste du livre mais tout de même très appréciable. Mathias Malzieu est terriblement attachant !

Je conseille ce livre aux âmes sensibles. A celles et ceux qui ont envie de rêver, qui ont envie de s’immiscer dans le monde médical, dans les chambres stériles. A celles et ceux qui aiment Mathias Malzieu et qui ont envie de le découvrir sous un autre jour.


Mathias Malzieu est un écrivain, chanteur et réalisateur montpelliérain.

2 commentaires

  1. Je ne connais ni l’auteur ni ce roman. J’ai aperçu La mécanique du coeur lors de virées à la Fnac mais ne me suis pas laissée tenter. Mais ton article me donne bien envie de laisser une chance au Journal d’un vampire en pyjama. Je vais le mettre dans ma liste 😊

    Aimé par 1 personne

Répondre à Alice Delkinger Annuler la réponse.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s