Camille Pascal : L’été des quatre rois


CAMILLE PASCAL
L’été des quatre rois
672 pages
Editions Pocket
Historique

« Il y avait ce matin-là beaucoup de monde à Saint-Cloud, la Cour bien-sûr, mais aussi les ministres, il jurait même que monsieur de Talleyrand avait fait sonner dès la première heure son pied bot cerclé de fer sur les marbres de l’escalier d’honneur. La galerie d’Apollon n’avait jamais été aussi peuplée, et les jardins s’animaient de femmes heureuse d’y promener leurs traînes. Le grand lever serait long, et l’on entreprenait déjà le premier gentilhomme de la chambre pour obtenir les entrées.
À l’évocation de son grand chambellan, le roi sourit : si même le diable boiteux courait à Saint-Cloud lui présenter ses hommages de gentilhomme et prendre sa place de courtisan, alors la France était prête. »

Ainsi commence L’Été des quatre rois. Juillet-août 1830, la France a connu deux mois uniques dans son histoire avec la succession sur le trône de Charles X, Louis XIX, Henri V et Louis-Philippe.

EN TROIS MOTS : Réaliste, difficile, enrichissant.


Laissez-moi vous expliquer dans quelles circonstances j’ai acheté ce roman. Je passais mes concours, et ma liseuse venait de rendre l’âme. Et là, une envie irrépressible de lire un bon livre historique a commencé à me tenailler les entrailles. J’ai donc profité d’un après-midi libre pour traîner dans les rayons du Sauramps montpelliérain. J’ai choisi ce livre, même si je n’aurais pas dû dans ce contexte du fait de sa complexité.

Par ailleurs, chez ces gens-là, chaque mot valait de l’argent, le mieux était donc de garder en réserve l’or de son silence.

Une histoire ultra-réaliste
Il suffit de lire la quatrième de couverture pour découvrir que Camille Pascal est un agrégé d’histoire, et de lire la note de l’éditeur en fin de roman pour apprendre que chaque fait relaté, chaque dialogue est réel. Bref, ce livre est extrêmement documenté, et on sait dès le début qu’on va lire un récit historique de grande qualité. Il relate l’été 1830. On est à la fin de la Restauration : le roi Charles X est au pouvoir, mais le peuple ne l’entend pas de cette oreille. L’été des quatre rois relate trois journées de révolution populaire connues sous le nom de Trois Glorieuses, puis la fuite de la famille royale. J’ai été heureuse de découvrir ce passage de l’histoire que je n’ai jamais étudié à l’école.

Des chasubles précieuses gonflés par les clapots de la Seine ouvraient leurs corolles de broderies chatoyantes comme autant de nénuphars liturgiques ondulant à la surface d’un fleuve sacré. La Seine dans laquelle Saint Louis voyait un nouveau Jourdain ressemblait ce matin-là au fleuve Indus.

Un compte-rendu historique très difficile à lire
Le revers de la médaille paraît évident : un tel récit ne peut se lire d’une traite, d’autant plus quand on constate sa longueur – presque 700 pages, tout de même. Il est d’ailleurs très compliqué à lire car l’auteur parle de personnages et faits historiques sans pour autant les présenter. Je pense qu’il m’a manqué une solide culture historique pour bien comprendre dans leur entièreté les enjeux politiques dans le roman : merci Wikipédia pour son aide précieuse… On est lancés in medias res dans la complexité de la situation de l’époque. De plus, les très nombreux personnages n’aident pas la lecture : mais si, vous connaissez, les « c’est qui, celui-là, déjà ? » toutes les dix pages… Cependant, chaque personnage était tellement bien décrit sur le plan moral qu’on s’y retrouvait bien. Globalement, il m’a fallu prendre du recul et ne pas m’arrêter sur des noms mais sur des faits. Sinon, ma lecture n’avançait plus ! Il y a aussi quelques allusions à Victor Hugo et Stendhal qui m’ont faite sourire. Les longs chapitres ont contribué à gêner ma lecture, dans une première partie du moins.

Il reste très enrichissant
Ce livre a donc au moins la qualité de m’avoir sortie de ma zone de confort. Je l’ai apprécié pour cela. C’est aussi la raison pour laquelle je l’ai posé pendant deux semaines, le temps d’être dans de bonnes dispositions pour le continuer. Il nécessite beaucoup de concentration, et il faut accepter d’avoir l’impression de piétiner un peu. Une fois que l’on est dedans, cette œuvre devient extrêmement enrichissante ! Historiquement parlant, évidemment, mais aussi culturellement puisque les us et coutumes de l’époque sont très détaillées. C’est aussi très bien écrit, ce qui fait qu’une fois qu’on a réussi à s’installer dedans, on n’en ressort plus !

Pour conclure, ce roman bien écrit et élégant traite d’une période historique méconnue. Bien qu’il soit très difficile à lire, j’ai été happée et surtout très intéressée par l’écrit de Camille Pascal. J’ai su prendre mon temps et j’en sors très contente !


QUELQUES MOTS SUR L’AUTEUR

Camille Pascal est un écrivain et haut fonctionnaire français. Agrégé d’histoire, il s’est également illustré comme conseiller du président de la république Nicolas Sarkozy.

2 commentaires

  1. Un article très riche qui donne envie de lire « L’été des quatre rois » et de se pencher sur cette période de l’histoire !

    J'aime

Répondre à Jade Annuler la réponse.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s