Shan Sa : La Joueuse de go

Bonjour à tous ! Comment allez-vous ? Au moment où j’écris, je suis en vacances à la mer. Ma rentrée se fait dans pile une semaine… Autant vous dire que je suis plutôt angoissée en pensant à ce qui m’attend ! J’en profite pour vous confier mon avis sur un petit livre qui m’a beaucoup touchée.


SHAN SA
La Joueuse de go

326 pages
Historique
Editions Folio

Depuis 1931, le dernier empereur de Chine règne sans pouvoir sur la Mandchourie occupée par l’armée japonaise. Alors que l’aristocratie tente d’oublier dans de vaines distractions la guerre et ses cruautés, une lycéenne de seize ans joue au go.
Place des Mille Vents, ses mains infaillibles manipulent les pions. Mélancolique mais fiévreuse, elle rêve d’un autre destin. « Le bonheur est un combat d’encerclement ». Sur le damier, elle bat tous ses prétendants.
Mais la joueuse ignore encore son adversaire de demain : un officier japonais dur comme le métal, à peine plus âgé qu’elle, dévoué à l’utopie impérialiste.
Ils s’affrontent, ils s’aiment, dans un geste, jusqu’au bout, tandis que la Chine vacille sous les coups de l’envahisseur qui tue, pille, torture.

EN TROIS MOTS : Touchant, noir, culturellement enrichissant


Ce roman, comme de nombreux autres, a été conseillé par ma maman. J’étais un peu dubitative devant le résumé, qui, je trouvais, en disait trop. De plus, il semblait ne pas tout à fait être mon style de lecture habituel. Une plongée dans l’inconnu, donc ! Finalement, j’ai bien aimé lire ce livre que j’ai trouvé poétique, bien écrit et culturellement très intéressant.

Un choc culturel
Je n’ai pas grand chose à rajouter à la quatrième de couverture. Ce roman traite simplement d’une jeune fille, au nom inconnu, qui joue au go sur une place des Mille-Vents (le roman porte donc bien son nom), dans une Mandchourie envahie par le Japon. L’histoire est nébuleuse, simplement une juxtaposition de tranches de vie, mais pour moi, ce roman a été un véritable choc culturel. C’est la première fois que je lis un roman qui traite des civilisations orientales, d’autant plus un roman historique comme celui-ci. J’ai trouvé incroyable de me glisser dans la tête d’une jeune fille chinoise et de découvrir sa mentalité, et de même pour l’officier japonais. Ce roman m’a donc dans un premier temps énormément appris.

Des personnages peu attachants
En revanche, ce qu’on peu lui reprocher assez facilement, c’est la distance que l’auteur met entre lecteur et personnages. Des ellipses régulières font que l’on s’attache assez peu aux différents protagonistes. Je suis loin d’avoir trouvé cela dommage ou quoi que ce soit : pour moi, cela faisait partie intégrante de la spécificité de ce livre, de ce qui le rendait unique. Mais c’est vrai que ce livre ne me marque donc pas plus que cela. Cependant, comme je le disais plus haut, on se glisse totalement dans la tête des personnages, dans leurs pensées. Cela les rend vivants ! J’ai beaucoup aimé. Les points de vue des deux personnages principaux s’entremêlent jusqu’à ce qu’ils se croisent.

Un mode de pensée différent
L’Asie des années 30 n’est pas un sujet qui me parle. Je suis partie sans la moindre connaissance. Je n’ai donc pas été surprise de découvrir des pensées totalement inhabituelles. La protagoniste féminine est engoncée dans des traditions d’un autre âge ; le protagoniste masculin, quant à lui, est un brave soldat de l’armée japonaise. Le moins que l’on puisse dire, c’est qu’il a donc une vision de la mort assez différente de la nôtre. Pour lui, la mort serait un véritable honneur, et ce depuis tout jeune. J’ai beaucoup aimé être dans sa tête pour en savoir plus là-dessus. De même pour les révoltes étudiantes ayant eu lieu à cette même époque ! Ne serait-ce que pour cela je conseille à 100% ce roman !

Une écriture à couper le souffle
L’écriture très poétique est sans nul doute un des points forts de ce livre. Shan Sa est une écrivaine d’origine chinoise ; le français n’est donc pas sa langue maternelle et ce livre a été écrit en français ! J’ai trouvé cela remarquable. L’écriture porte le récit, et permet d’y trouver un réel intérêt là où l’intrigue piétine parfois. Le style est simple et éthéré, doublé de quelques envolées absolument poignantes. Il se lit très facilement et avec énormément de plaisir. Les chapitres très courts – il y en a près de 70 concentrés en un peu plus de 300 pages – et participent à cette impression de rapidité. Cependant je peux concevoir que cette écriture puisse gêner car elle est très différente de ce qu’on lit habituellement.

Des événements assez sombres
Je tiens tout de même à vous prévenir : ce livre n’est pas tout rose. Certains passages sont extrêmement difficiles à lire. La fin elle-même est loin de ce que l’on pourrait appeler une happy end. La beauté flottante de ce livre est marquée par contraste avec des passages très violents. Par exemple, comme je le disais plus haut, il y a de longues réflexions sur la mort qui sont assez crues. Je déconseille donc fortement ce livre aux âmes un peu trop sensibles.

Ce livre est culturellement un joyau. D’un point de vue littéraire, il se démarque également car il est très bien écrit ; il faut aimer le style. Je le conseille aux férus d’histoire qui ont envie de se plonger dans la tête même des Hommes de l’époque, mais je le déconseille à ceux qui ont le coeur trop sensible. Un roman très court qui m’a beaucoup lu.


Shan Sa est une écrivaine, peintre, poétesse et calligraphe française d’origine chinoise.

Elle a été récompensée par le prix Goncourt du premier roman pour Porte de la paix céleste et le prix Goncourt des lycéens pour La joueuse de go. Elle a écrit de nombreux autres romans. (Source : Wikipédia + site officiel)

Son site

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s