Lucinda Riley : The Storm Sister

Je profite du peu de temps libre que j’ai en ce moment pour vous parler de la suite de cette très, très fameuse saga que j’ai lue cet été. Je sais que je vous abandonne un peu, ces derniers temps. Je suis en formation militaire pour encore un mois, mais une fois que ce sera terminé, je vous promets que je reviendrai vers vous comme avant ! J’espère que votre rentrée s’est bien passée et que vous allez bien. N’hésitez pas à partager, commenter mes articles, cela illuminera mes longues journées !

LUCINDA RILEY
The Storm sister (Lu en VO)
The seven sisters, tome 2
Voir le tome 1
602 pages
Editions Pan books
Littérature contemporaine

À la mort de leur père, énigmatique milliardaire qui les a adoptées aux quatre coins du monde lorsqu’elles étaient bébés, Ally d’Aplièse et ses soeurs se retrouvent dans la maison de leur enfance, Atlantis, un magnifique château sur les bords du lac de Genève. Ally, la deuxième soeur au tempérament tempétueux, est navigatrice et musicienne. Lorsqu’une nouvelle tragédie la touche, la jeune femme décide de partir sur les traces de ses origines. Les indices que lui a laissés son père en guise d’héritage vont la mener au coeur de la Norvège et de ses fjords sublimes. Entourée par la beauté de son pays natal, Ally découvre l’histoire intense d’une lignée de virtuoses célébrés pour leur talent, un siècle plus tôt, une famille aux lourds secrets…

Quel est son lien avec la belle Anna Landvik, merveilleuse chanteuse qui fut une proche d’Edvard Grieg et interpréta son célèbre Peer Gynt ? Et, plus que tout, Ally arrivera-t-elle à laisser son passé pour construire son avenir ?

EN TROIS MOTS : Déception, ennuyeux, émouvant


En bonne esclave de la pression sociale, après avoir lu le premier tome de cette grosse saga dont on parle partout, j’ai tenté de lire la suite. Pourtant, rappelez-vous (ou rafraîchissez-vous la mémoire en suivant le lien vers mon article à côté de l’image), je n’avais pas été plus convaincue que cela par le premier tome : je partais sans beaucoup d’attentes, mais je suis quand même déçue. Chaque défaut que je lui ai trouvé m’a choqué cent fois plus en lisant ce second tome. Je me détache donc largement ici de l’opinion générale.

Ce soir, j’assisterai à ton ascension dans les étoiles. Et je ressentirai chaque battement de ton coeur. Chante, mon bel oiseau. Chante.

Un synopsis qui ne surprend plus.
Les romans se suivent et se ressemblent. Même contexte, même lieu, mêmes dates. Un père milliardaire meurt et laisse ses six filles ; étant sur le second tome, on découvre la seconde fille, Alcyone, dite Ally. Mais cette fois, on ne va pas au Brésil comme avec Maia, mais en Norvège, accompagnés par des ancêtres musiciens et chanteurs ainsi que des figures reconnues de la musique comme le compositeur Grieg. J’ai été plongée dans un univers que je connaissais peu et qui m’a – une fois de plus – beaucoup appris. En soi, cette histoire peut séduire, je suis d’accord. Mais quand on a lu le premier tome, c’est redondant. La structure du livre n’est plus novatrice, on n’est plus étonné par la mise en scène du père des filles à sa mort… Bref, pour moi, la magie de la saga a complètement disparu.

Une lenteur extrême.
Ce qui a contribué à rendre ce roman presque irritant est sa lenteur. Il a été à mes yeux composé de six cent pages de blablas inutiles ponctués de scènes émouvantes comme l’autrice sait les faire. Il y avait beaucoup trop de détails, et surtout beaucoup trop de détails qu’on avait déjà appris dans le premier roman. Notamment, il m’a fallu énormément de temps avant de rentrer dedans à cause des trop nombreuses redites avec le premier tome. Il est possible que le fait de l’avoir lu en VO n’ait pas aidé. Bref : The storm sister m’a beaucoup ennuyée et c’est principalement le souvenir que j’en garde.

Je vous en supplie… je vis dans le tourment depuis la dernière fois que je vous ai vue. je n’arrête pas de penser à vous, de rêver de vous… ne voyez-vous pas que le destin a conspiré pour nous réunir de nouveau ?

Des événements trop rocambolesques ou inutiles.
A cela s’ajoute le fait que je n’ai pas été convaincue par la plupart des scènes, et cela pour deux raisons. D’abord parce qu’elles étaient souvent rocambolesques : les coïncidences incroyables, ça peut passer une fois, mais après, je me lasse. Idem pour les destins exceptionnels qui ne laissent que peu de place à l’échec et au doute. Ensuite, parce qu’elles étaient inutiles à l’intrigue. S’il n’en tenait qu’à moi, j’aurais supprimé bien la moitié, et le livre aurait été plus digeste. Je crois que globalement, l’intrigue ne m’a pas intéressée, parce que je faisais trop de parallèles avec le tome 1. Sur le fond, les choses se ressemblent. J’ai eu la sensation de relire le même livre.

Des personnages trop distants de moi.
Et donc forcément, à l’instar de ce qu’il s’est produit dans le premier livre, j’ai eu beaucoup de mal à m’attacher aux personnages, toujours pour la même raison. Soyez un peu imparfaits, bon sang ! Ally maîtrise à la perfection musique ET navigation, Anna est la plus belle voix jamais entendue, Félix est le ténébreux génie de la musique… Tous sont riches, ou du moins loin d’être dans le besoin, beaux, influents, doués. Qui peut se reconnaître là-dedans ? Si cela en fait rêver certains, ce n’est hélas pas mon cas. Je tiens à tempérer un peu mes propos en soulignant que les personnages féminins principaux sont loin d’être passives et inconsistantes. J’ai de loin préféré Ally à Maia. Lucinda Riley m’étonne en termes de profondeur des personnages.

C’est dans les moments de faiblesse que tu trouveras ta plus grande force.

Quelques points forts (quand même).
Bon, je ne vais pas passer mon temps à démonter ce livre. Quand même, si j’en suis venue à bout, c’est qu’il me plaisait quand même un peu. J’en ai brièvement parlé mais il est extrêmement émouvant. J’ai eu les larmes aux yeux dès le début du livre, alors qu’il n’est pas dans mon habitude de pleurer sur un roman comme ça. Ensuite, j’adore la faculté de l’autrice à emmêler plusieurs branches de son histoire et à les lier intimement. Elle réussit à créer des personnages très différents tout en restant dans son axe d’écriture. Ensuite, les nombreuses références musicales m’ont beaucoup plu. La bande-son de ce livre est sans hésiter Au matin de Grieg ! Enfin, j’ai beaucoup apprécié le personnages de Star, la troisième soeur. C’est ce qui fera que je lirai sans doute le troisième tome de la saga. Mais je temporise un peu et j’attendrai que cette déception soit passée…

Je n’attendais rien mais je suis tout de même déçue. Beaucoup de longueurs, des personnages aux dons exaspérants, des scènes qui font lever les yeux au ciel parsèment ce livre qui avait pourtant du potentiel. Heureusement, une culture riche et des passages émouvants sauvent la donne ! Je lirai sûrement la suite.


Lucinda Riley est une écrivaine irlandaise. Elle est notamment l’auteure de la très célèbre saga Seven sisters. Son site : ici.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s