Benoit Toccacieli : On n’abandonne pas un chien sur l’autoroute

Ce service presse représente le premier que j’ai accepté. J’ai mis beaucoup de temps avant de le commencer, notamment par manque de temps, mais aussi par peur de ce roman qui, dès les premières pages, m’a fait hausser un sourcil. Je profite d’être confinée pour cause de Covid (et oui…) pour vous en parler. N’hésitez pas à me dire ce que vous en avez pensé si vous l’avez lu, ou s’il vous tente ! A.D.

BENOIT TOCCACIELI
On n’abandonne pas un chien sur l’autoroute
208 pages
Contemporaine
Autoédité


Dans ce roman, il y a un chien borgne et incontinent, des aliens perdus, un acte terroriste, une chevauchée à poil sur une mobylette, une escouade de gendarmes endormis à la fléchette anesthésiante…

Mais dans le fond, l’histoire raconte surtout l’amour d’un père envers sa fille, et elle questionne la place qu’on accorde à ce qui compte dans nos vies.

EN TROIS MOTS : surprenant, rocambolesque, étrange


Deuxième service presse, les amis ! Je l’ai accepté il y a bien longtemps mais après une panne de liseuse et deux épuisants mois de formation militaire, j’ai quelque peu traîné. J’ai eu un très bon contact avec l’auteur ; je suis ravie de vous faire découvrir son roman, qui m’a beaucoup plu même si je n’ai pas été entièrement convaincue.

Parlons de cet étrange résumé
Vous êtes probablement comme moi, vous qui avez lu le résumé du roman : complètement étonnés et curieux d’en savoir comment on en arrive ici. Pour moi, ce résumé est le résumé parfait : il n’en dit ni trop, ni pas assez, et surtout, il est parfaitement en écho avec ce qui va suivre en tournant les pages, c’est-à-dire un récit complètement loufoque où chaque page est une surprise. Je ne veux pas en dévoiler plus par peur de gâcher le plaisir de la lecture d’un livre si particulier : je ne peux que vous dire que se déroule devant vos yeux l’histoire de Jérôme qui cherche à fuir en voiture vers l’Espagne. J’ai beaucoup aimé l’originalité qui fait de On n’abandonne pas un chien sur l’autoroute un livre plus que mémorable à mettre entre toutes les mains.

Des péripéties invraisemblables
Le revers de la médaille à cette imagination débordante est évident : parfois, on a du mal à y croire. C’est pour cela que j’ai mis énormément de temps à rentrer dans le roman. Rien ne me semblait cohérent, rien ne faisait sens. C’était trop rocambolesque pour mon petit esprit en recherche de calme et de tranquillité. Le remède ? Accepter que l’on est en train de lire un ouvrage loufoque, se laisser porter et entrer dans le jeu de l’auteur. Peut-être que je n’ai pas lu ce livre au bon moment de ma vie, car la magie a mis du temps à opérer. Heureusement que j’ai fini par me mettre dedans, car si on n’y arrive pas, il risque de ressembler à une longue, quoiqu’extravagante, traversée du désert.

L’émotion, la vraie, c’est jamais facile à écrire, surtout quand il n’y a ni poils qui se dressent, ni pores qui suent, ni mains qui tremblent. Juste des mots et du silence.

Des personnages prévisibles et attachants
Ce qui rythme le roman, en plus de ces nombreuses péripéties, ce sont les très (trop ?) nombreux personnages dont les histoires et les vécus se mêlent et s’entremêlent. Une ado rebelle, un papi alcoolo, un terroriste un peu paumé… Ces personnages peuvent d’un prime abord paraître très stéréotypés, mais il s’avère que vus à travers les yeux du narrateur, ils deviennent vite très attachants. Là aussi, il faut savoir se laisser porter par ce que l’auteur cherche à nous dire. Si on réfléchit trop, c’est fini. Le grand nombre de personnages qui se succèdent donne une impression de voyage initiatique au livre : au contact de chacun, Jérôme va se construire, se découvrir un peu plus, et comprendre beaucoup de choses. Gare cependant à ne pas se perdre dans le « qui est qui », ce qui est rapidement arrivé.

Une plume surprenante
Je ne peux parler de ce roman sans évoquer la plume qui l’accompagne. Elle est facile à lire et se prête totalement au genre du livre, un peu loufoque, un peu décalée. J’ai notamment été marquée par les interventions nombreuses du narrateur qui parle de lui-même en contant l’histoire. Ce procédé est très surprenant et assez rare, mais je l’ai beaucoup aimé car il nous renvoie à notre condition de lecteur. Ce livre doit être lu ne serait-ce que pour la singularité de sa plume. De plus, il convient de parler de l’humour que l’auteur arrive à mettre dans ses lignes qui est absolument remarquable : j’ai beaucoup et franchement ri en lisant, à cause de remarques acerbes et mises en abyme surprenantes.

Ce à quoi tout cela mène
Croyez-le ou non, toutes ces aventures rocambolesques mènent en réalité à un objectif unique : montrer l’amour du personnage principal pour sa fille. Et c’est merveilleusement bien fait. Si on s’accroche, si on laisse de côté les aspects un peu trop « bizarres », si on lit entre les lignes, on découvre une merveilleuse et rare sensibilité. Tout en douceur et en délicatesse. Moi qui étais un peu sceptique devant ma lecture, la fin a complètement éclairé ma compréhension et mon pourquoi du comment. Bref : tenez jusqu’au bout même si ce livre est trop pour vous. Vous serez surpris !

J’ai apprécié ce livre, bien que n’étant pas été dans les meilleures conditions pour le lire. Il est tissé de péripéties invraisemblables et de personnages clichés mais attachants, et doublé d’une sensibilité sans pareil. Il n’est pas très long donc je le conseille à tous car il vaut le coup d’être lu. Accrochez-vous, ce n’est que pour le meilleur !


Benoit Toccacieli est un auteur totalement indépendant ; il gère tout dans la publication de ses écrits. Ingénieur de formation, il préfère les lettres. Il a écrit pour l’instant trois romans, On n’abandonne pas un chien sur l’autoroute, L’évasion et Mes amis ne savent pas lire.

Son site

Tous mes services presse

1 commentaire

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s