Marie Gallicher : La Plate-forme


MARIE GALLICHER
La Plate-forme
Contemporaine
80 pages
Auto-édité

Lisa Cartier est une auteure frustrée bientôt initiée à la magie de la plate-forme Arc-en-ciel. Droguée par le pouvoir que lui donne la facilité d’utilisation de ce concept, elle va bientôt devenir éditrice et mettre à mal une amitié inespérée par appât du gain et de la notoriété. 

En trois mots : déroutant, découverte du monde de l’autoédition, court


J’espère que vous allez bien, et que les fêtes se passent bien malgré le contexte. Ce début de mois de décembre est pour moi chargé en services presse ; j’avais beaucoup d’impératifs en peu de temps. Mais ce roman, écrit par Marie Gallicher, n’a pas vraiment été chronophage : il ne faisait pas bien peur, du haut de ses quatre-vingt pages… On est plutôt sur une nouvelle que sur un roman. Je l’ai choisi pour sa longueur mais aussi parce qu’il traite du sujet de l’autoédition. Je remercie l’auteure de m’avoir fait confiance et de m’avoir envoyé son roman.

De quoi ça parle ?
Lisa, la protagoniste principale de l’histoire, est une écrivaine ratée. Elle en a écrit, des romans, mais toutes les maisons d’édition auxquelles elle les a proposés les ont refusés. Un jour, elle entend parler d’un concept nouveau : celui de la plate-forme Arc-en-ciel, qui permet en somme d’auto-éditer ses romans.  Elle devient alors accro à son écran, à la barre des ventes qui monte, qui monte… Marie Gallicher souligne les vertus et les dangers de cette digitalisation. J’ai adoré le format court de l’histoire : on n’a pas le temps de s’ennuyer puisque tout s’enchaîne avec beaucoup de naturel et de spontanéité.

Le méconnu domaine de l’édition
Dans un premier temps, j’ai beaucoup aimé le fait que ce livre m’amène un peu dans le domaine de l’édition. Je m’y intéresse vivement et j’ai bien aimé apprendre quelques points de vocabulaire par exemple. Cela dit, je pense que j’aurais gagné en compréhension si j’avais déjà quelques connaissances. Quelques aller-retours avec internet ont été nécessaires pour pleinement saisir les soucis de Lisa. Je pense que quelques explications, ou tout du moins quelques notes de bas de pages, auraient été nécessaires et suffisantes pour que je puisse me plonger un peu plus dans le récit.

Des personnages insupportables
Le plus gros défaut du livre, à mes yeux, ce sont les personnages. On n’a pas le temps de vraiment se plonger dans leurs pensées, et, pour cela, ils semblent insupportables ! Plus d’une fois j’ai eu envie de gifler Lisa. Je ne me suis attachée à personne, si bien que j’étais plutôt contente de quitter chacun des protagonistes en refermant le roman. Je dois cependant tempérer mon propos en soulignant un point positif : absolument tous les personnages de La Plate-forme sortent de la norme littéraire. Ils sont âgés, gros, paresseux, font un boulot alimentaire et se passionnent pour des choses peu communes – un très vieil acteur que peu de gens connaissent (et qui existe réellement !), par exemple. En cela, ils ressemblent plus à tout un chacun et chaque lecteur peut s’y reconnaître. Ce ne fut hélas pas mon cas.

Une plume à laquelle je n’ai pas adhéré
Un livre si court requiert de l’explosivité, du dynamisme, de la rapidité. C’est chose faite avec Marie Gallicher. Comme dit plus haut, on ne s’ennuie pas une seconde ! Mais je n’ai pas accroché plus que ça à la plume. Je l’ai trouvé un peu artificielle, comme si l’autrice avait soigneusement choisi chacun de ses mots. De plus, les dialogues étaient écrits comme s’ils étaient parlés, ce qui rendait le style un peu lourd. C’est ce qui a plombé ma lecture. Je tiens à préciser que ce n’était pas le cas de tout le roman mais de certains passages. D’autres se laissaient lire très facilement.

Un roman un peu rocambolesque
J’avoue que globalement, le livre m’a laissée perplexe : il est rapide, introduit vaguement des notions qui sont très peu exploitées, parle de choses inhabituelles dans les romans, passe parfois du coq à l’âne entre deux chapitres. Toute ma lecture s’est fait les sourcils levés, prête à découvrir quelle sera la prochaine frasque de Lisa. Ce roman est très surprenant et saura vous divertir, bien que très brièvement !

La Plate-forme ne prend pas de temps à lire et permet de se plonger un peu dans le domaine de l’édition. Dans la tête d’une quinquagénaire frustrée de ne pas être publiée, vivez l’aventure Arc-en-ciel ! Je n’ai pas complètement accroché à ce court roman mais je pense qu’il peut beaucoup plaire à qui accroche à l’ambiance particulière.


Marie Gallicher est une auteure protéiforme puisqu’elle a écrit aussi bien de la science-fiction, du thriller, des traductions de biographies que de l’humour et des livres de dessins.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s